« Au commencement était l’émotion. »

C’est ce chatouillement qui parcourt notre échine, lorsque nous sommes éblouis.
C’est ce qui différencie l’homme de la machine, le dolore de l’indolore, le réel de l’irréel.
Pourtant, parfois ce sentiment nous échappe et s’éclipse pour devenir autre.
Un autre, une vision différente du monde qui les entoure, c’est ce que les membres de Paradigme souhaitent transmettre à travers leurs créations.
Ces passeurs d’émotions invitent ceux qui les mirent dans les dédales de leur inspiration, jouant sans cesse avec leurs sens, modifiant leur perception.
Leurs œuvres éphémères sont une ode à la rêverie moderne, une passerelle fragile entre le réel et l’irréel.
Entre ces deux notions, il y a une minuscule nuance essentielle ; les membres de Paradigme ont décidé d’y bercer leur public.